Kọ́lá Túbọ̀sún

Cet article est une traduction du texte du linguiste Nigerian Kola Tubosun, à lire ici en anglais: Why write in Yorùbá on the internet?

“ L’une des plaintes que j’ai souvent entendu, bien avant de commencer à travailler chez Google en tant que linguiste sur le traitement des langues, était que les résultats sur Google Translate pour un certain nombre de langues africaines étaient très mauvais.

En tant que féru de technologie de traduction depuis très longtemps, j’étais d’accord avec toutes ces personnes car j’avais rencontré plusieurs fois les mêmes problèmes sur Google Translate.

À l’époque, les traductions du yorùbá sur Internet étaient souvent très pauvres en comparaison à d’autres langues plus importantes. Google Translate (et avant Babel Fish) traduisent mieux les textes du français, de l’allemand ou de l’espagnol vers l’anglais, et vice versa, qu’en Yorùbá, Hausa ou Swahili. 

J’ai même pensé qu’il y avait un complot pour nier les langues africaines et d’autres langues minoritaires: nous n’avions pas de place dans le nouvel univers électronique, loin de là.

Il y a eu d’autres choses qui ont ramené le sujet au fil du temps. 

Lorsque j’étais étudiant à l’Université de Ìbàdàn au début des années 2000, il n’y avait aucun moyen de taper des textes en yorùbá en utilisant Microsoft Word. Aucun qui puisse combiner les signes diacritiques habituellement placés au-dessus et sous la voyelle, une partie fondamentale de l’écriture réussie en yorùbá. 

Étant une langue à tons forcée, dans le cadre limité de l’écriture latine, le Yorùbá a dû faire face au compromis qui l’oblige à s’adapter à des textes non créés pour faire face à ses particularités. 

Unicode n’était d’aucune aide. 

Donc, un nom de famille comme le mien, Ọlátúbọ̀sún, aurait dû être écrit soit Olátúbòsún (ce qui n’est absolument pas le même nom, car les sons o et ọ dans Yorùbá sont des voyelles différentes, contrastées dans leur sens horizontal de la langue), ou Ọlatubọsun, qui utilise les bonnes voyelles mais est sans ton et donc sans signification. 

Il y avait très peu de logiciels qui pouvaient résoudre le problème, ou bien ils étaient soit chers, ou avec une police très peu lisible.

Ce problème explique en partie pourquoi il a été difficile de trouver sur Internet des textes yorùbá correctement rédigés / formatés. 

Cette situation est dû aussi à la pénurie de ressources (qui, en tout état de cause, est antérieure à Internet, au début des années 80 lorsque le ralentissement économique au Nigéria a fait en sorte que toutes les maisons d’édition qui s’étaient spécialisés dans le yorùbá et d’autres publications en langues autochtones ont disparus).

Lorsque l’Internet est apparu, tous les locuteurs ostensibles des nombreuses langues locales du pays ne pouvaient qu’écrire correctement en anglais et dans d’autres langues européennes. 

Aujourd’hui, pour enfoncer le clou, le Web est à environ 55% entièrement en anglais et l’Afrique est presque totalement absente, principalement en raison du manque d’outils suffisants pour écrire la langue. (Sur Twitter aujourd’hui, par exemple, chaque diacritique sur un mot Yorùbá tapé est compté comme un caractère plutôt que comme un appendice, réduisant ainsi l’espace dont on dispose pour s’exprimer).

L’une des choses que nous avons faites, lorsque j’ai commencé à travailler sur un dictionnaire multimédia de noms sur YorubaName.com en 2015, a été de publier un logiciel de marquage gratuit, pour Mac et Windows, qui est devenu le premier (et probablement toujours le seul) outil gratuit d’une telle nature pour le Igbo et le Yorùbá. Plus tard, lorsque j’ai commencé à travailler chez Google, j’ai également aidé à configurer une version mobile via l’application GBoard

Lorsque j’ai travaillé sur le Journalistic Style Guide pour la BBC Yorùbá and Igbo, qui a commencé à émettre au Nigeria sous peu, j’ai notamment insisté pour que le Service écrive ces langues dans l’orthographe appropriée – pas seulement pour le bénéfice des utilisateurs. qui pourraient être de nouveaux apprenants, mais aussi pour des technologies futures. Siri, Google Home et Amazon Echo n’existent pas dans beaucoup de nos langues car – entre autres raisons, certaines liées à des motivations commerciales – le travail qu’il faudrait pour les créer est compliqué par l’absence de bons corpus en ligne utilisables dans la langue concernée.

Google Translate n’est pas géré par des linguistes mais par des ingénieurs et des réseaux, qui utilisent des millions de textes extraits d’Internet pour trouver des modèles. Donc, ironiquement, la mauvaise qualité des traductions produites par la machine est liée à la mauvaise contribution des locuteurs / utilisateurs de ces langues en ligne.

Et donc, lorsque les linguistes insistent pour que davantage de personnes qui parlent le yorùbá (ou Igbo, Edo, Hausa, Fulfulde, etc.) utilisent davantage leurs langues sur Internet, cet espace où la plupart d’entre nous passons maintenant une grande partie de notre temps, nous essayons de revitaliser les langues africaines. Les parler à nos enfants est, bien sûr, l’un des principaux moyens de maintenir les langues en vie. Mais les utiliser en ligne, et les rendre adaptables aux technologies modernes de nombreuses manières différentes, est aussi importante, sinon plus importante

Si toutes nos activités seront menées à l’aide de la technologie dans un avenir proche, alors le langage qui n’est pas présent dans ces technologies est en voie de destruction.

Pourquoi écrire en yoruba sur internet?

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.