POUR LA PROMOTION DES LANGUES LOCALES EN AFRIQUE: CAS DU KIRUNDI AU BURUNDI
Prof. Constantin NTIRANYIBAGIRA et Prof. Clément BIGIRIMANA
Université du Burundi

En Afrique, les langues locales sont relativement déconsidérées au profit de celles internationales qui sont généralement héritées de la colonisation. Dans le cas d’espèce, le Burundi ne fait pas exception, même si les choses commencent actuellement à bouger dans le sens de rectifier le tir. Le Burundi est un petit pays avec une superficie de 27.834 km2. Cependant, il a une population estimée actuellement à 12 millions partageant majoritairement une même langue : le kirundi. En plus de cette langue, le Burundi compte trois autres principales langues, à savoir le kiswahili, le français et l’anglais. Sur le plan fonctionnel, la loi de 2014 portant statut des langues au Burundi accorde au kirundi et au français le statut de langues d’enseignement et de langues enseignées, tandis que l’anglais et le kiswahili sont des langues enseignées. Au niveau de la Communauté Est-Africaine, l’anglais est érigé en langue officielle et le kiswahili hérite le statut de langue de communication régionale. Ainsi, l’on peut affirmer que l’univers linguistique burundais est caractérisé par un multilinguisme à la fois social et officiel. Mais quelle est réellement la place ou le rôle du kirundi dans ce paysage linguistique? Quelles actions ont-elles déjà été accomplies pour la promotion de cette langue ?

Le kirundi, une langue multifonctionnelle non encore considérée à juste titre

Le kirundi est une langue Bantu synthétique appartenant au Groupe D. 62 de la Zone Centrale. En plus d’être la première langue officielle, cette langue remplit également les fonctions de nationale et de langue première (maternelle) pour la majorité de Burundais. Vu ce caractère multifonctionnel du kirundi, il devrait occuper le haut du pavé par rapport à son poids socioprofessionnel ; ce qui n’est malheureusement pas le cas. Ce propos se base sur le fait qu’aucune langue ne peut être considérée d’emblée comme supérieure aux autres. Seuls diffèrent le degré et les sphères d’utilisation qui, eux aussi, se fondent dans la plupart des cas sur des critères largement subjectifs (Boyer, 2004)

L’Académie Rundi, une lueur d’espoir

Avec une équipe de 15 Académiciens Rundi (Personnalités reconnues pour leurs compétences, leur expérience et leur engagement dans la promotion de la langue et de la culture rundi), l’Académie Rundi pourra contribuer à la promotion du kirundi si ses missions sont réellement remplies. Cet organe est chargé d’assurer la promotion de la recherche sur la langue et la culture rundi, en collaboration avec les institutions de formation et de recherche ; de promouvoir et créer des œuvres linguistiques, littéraires, artistiques et culturelles rundi ; de participer à la codification des normes et valeurs de la langue et de la culture rundi ; de promouvoir la recherche toponymique et la nomenclature rundi ; d’authentifier les traductions en kirundi des textes ou documents en langues étrangères ; d’appuyer et valider les programmes d’enseignement de la langue rundi ; de promouvoir le kirundi comme langue d’enseignement ; de créer et valider les terminologies importées d’autres langues; de créer et mettre à jours régulièrement un dictionnaire kirundi de référence ; et de promouvoir l’écriture et la lecture du kirundi. Pour réussir ses missions, l’Académie Rundi est dotée de deux organes à savoir : Le Conseil Académique de l’Académie Rundi, qui en est l’organe suprême (celui-ci est composé d’experts dans le domaine de la langue et de la culture rundi) et le Secrétariat Exécutif Permanent de l’Académie Rundi.

Le kirundi et les TIC

Avec les TIC, les langues en général et le kirundi en particulier font face à des problèmes terminologiques majeurs. Pour le kirundi, l’usage des termes en rapport avec les TIC souffre essentiellement de trois (3) obstacles majeurs, à savoir la traduction de l’existant, la création de nouveaux mots sans devoir recourir aux divers emprunts et l’insécurité linguistique que subissent les kirundiphones.
Pour la traduction des termes qui existent déjà en anglais et en français, l’aspect structural des langues concernées pose un problème important. En effet, l’anglais et le français étant des langues analytiques, il est extrêmement difficile de traduire lesdits termes en kirundi (langue synthétique ou agglutinante). Un mot en anglais ou en français peut équivaloir à deux ou plusieurs mots kirundi ou vice-versa. Les quelques exemples suivants, tirés du référentiel des expressions numériques en langues africaines, illustrent ce propos :

  • Identifiant (1 mot): karaangamuuntu (2 mots) ;
  • Statistiques (1 mot): ibiháruuro fátiro (2 mots) ;
  • Nous contacter (2 mots) : twandikire (1 mot) ;
  • Page d’accueil (3 mots): ishikiro (1 mot).
    L’autre obstacle important à surmonter découle du caractère récent de la tradition numérique au Burundi. Le kirundi dispose en effet de très peu de termes qui renvoient aux TIC, ce qui fait qu’on doit souvent recourir aux emprunts divers ou à des néologismes approximatifs qui n’équivalent pas parfaitement aux termes « originaux ». Ainsi, les termes créés ne sont pas réellement utilisés par les usagers de la langue parce que non parfaitement adéquats pour représenter les référents/réalités en question.
  • Ordinateur (Inyábwoónko : outil avec un cerveau) ;
    ►Le disque dur équivaut-il à un cerveau ?
  • Internet (Ingurukanabumenyi : outil « volant » qui répand les connaissances) ;
    ►Pourtant, l’internet ne vole pas et ne répand pas que des connaissances.
  • Unité centrale (igitwé c’íimáshiíni : la « grosse » tête de la machine).
    ►L’unité centrale est-ce une tête ?

En définitive, l’insécurité linguistique des kirundiphones peut notamment expliquer la situation mentionnée (Bigirimana, 2017 ; Ntiranyibagira, 2017). En effet, l’ « infériorité » socioprofessionnelle du kirundi par rapport à l’anglais et au français (variétés hautes) est justifiée à certains égards par le « rejet » du premier sur base des représentations des locuteurs. En plus, le recours aux emprunts par les kirundiphones en lieu et place des néologismes (quand ils existent !) n’est pas étranger à ces préjugés que véhiculent les usagers des différentes langues en présence. Mais, il y a lieu d’espérer une évolution positive du statut du kirundi. En effet, suite à l’exécution des missions assignées à l’Académie Rundi, cette langue gagnera en visibilité, en standardisation et en promotion. Également, avec le concours de certains partenaires, dont IDEMI-Africa, l’on peut espérer un lendemain meilleur non seulement pour le kirundi mais aussi pour d’autres langues africaines qui ont relativement raté le train des nouvelles technologies.

Tribune des Prof. Constantin NTIRANYIBAGIRA et Prof. Clément BIGIRIMANA de l’Université du Burundi

N’oubliez pas, notre série de 4 ateliers d’écriture en ligne continue. La prochaine session aura lieu le 26 Novembre 2021 à 11h GMT. Réservez votre place en cliquant ici: ou en remplissant le formulaire ci-dessous.

À chaque atelier, une initiative sera toujours mise en avant.

Visuel des 4 ateliers d'écriture de septembre à décembre 2021
série de 4 ateliers prévue entre septembre et Décembre 2021. Tous les derniers vendredis du mois à partir du 24 septembre 2021 à 11h GMT
Promotion des langues locales en Afrique: cas du Kirundi au Burundi

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.